Adresse de l’attaché de Défense à l’ occasion de la commémoration du 11 novembre 1918

En cette année de centenaire de la guerre 1914-1918, nous célébrons aujourd’hui 11 novembre le 97ème anniversaire de son Armistice. Réunis pour raviver la mémoire de tous les combattants de la Grande Guerre, nous y associons désormais tous ceux d’hier et d’aujourd’hui, civils et militaires, qui sont tombés pour leur patrie en faisant avant tout leur devoir. La guerre de 14, véritable Guerre Civile européenne selon le mot de l’écrivain Paul Valéry qui, durant quatre années, embrasa l’Europe et le monde peut nous sembler lointaine car il ne subsiste guère plus de survivants du front, mais son enseignement doit rester dans nos mémoires.

JPEG

Nous connaissons tous le tragique bilan de ces années : 9 millions de morts, 6 millions de mutilés dans toute l’Europe et sur tous les continents. Aujourd’hui, nous avons le devoir de ne pas oublier le sacrifice de ceux qui nous ont précédés. Aujourd’hui, nous devons nous souvenir, afin de travailler à construire la paix dans le monde dans le plus grand respect de l’Homme.

La France et l’Europe sont devenues une terre de paix grâce à des hommes de bonne volonté. Ce qu’ont construit pour nous Winston Churchill, Robert Schuman, Konrad Adenauer ou le Général de Gaulle est notre bien le plus précieux. Nous avons le devoir de préserver à tout prix cette paix chez nous mais également partout dans le monde et notamment sur le sol africain menacé aujourd’hui par le terrorisme et les extrémismes.

JPEG

Le temps ne doit pas davantage nous faire oublier qu’en cette même tragique circonstance, des soldats venus tout autant de métropole que d’outre-mer et notamment du CAMEROUN nouèrent dans le sang avec tous leurs alliés la plus noble des alliances. Rappelons-nous que de 1914 à 1918, 250.000 soldats africains noirs ont combattu sur le sol de la France métropolitaine et 27.000 d’entre eux y ont fait le sacrifice de leur vie. Malgré cette hécatombe, les tirailleurs furent tout aussi nombreux, 20 ans plus tard à rejoindre la France Libre.

Tant de souffrances tant de sacrifices n’ont pas été consentis en vain car nous avons le devoir moral de perpétuer le souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour une cause plus grande que leur propre personne, celle de leur pays, celle de leur nation, celle de leur patrie.
Puisse chacun d’entre nous puiser dans cette exemplarité la capacité de donner le meilleur de lui-même pour son pays.

Dernière modification : 13/11/2015

Haut de page