Cameroun - Droits de l’Homme - Entretien de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec « RFI » (Paris, 06/12/2016)

Cameroun - Droits de l’Homme - Entretien de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec « RFI » (Paris, 06/12/2016) ()

Q - Le correspondant de RFI en langue haoussa Ahmed Abba est emprisonné depuis plus de seize mois au Cameroun dont trois mois au secret - c’est une affaire que vous connaissez - dans des conditions qui sont extrêmement difficiles. Il est accusé de complicité de terrorisme et de non-dénonciation. Le procès s’éternise ; la neuvième audience aura lieu demain et pour l’instant toujours pas l’ombre d’une preuve ni d’une accusation précise. Qu’est-ce que fait votre ministère, Jean-Marc Ayrault ? Comment suivez-vous ? Est-ce que vous avez les moyens d’intervenir et de mettre un terme à cette situation ?

R - Nous défendons ce journaliste qui faisait son travail, nous le savons, et qui est détenu dans des conditions que nous n’acceptons pas. Nous n’avons pas cessé de multiplier les interventions auprès des autorités camerounaises, nous allons encore le faire ces prochaines heures car nous souhaitons effectivement sa libération. Exercer le métier de journaliste dans des zones de conflit comme celle-là - et là il s’agit des menaces de Boko Haram, ce n’est pas rien - et d’ailleurs dont les Camerounais sont victimes, il faut s’en souvenir. C’est un travail extrêmement difficile. Je veux rappeler ici le soutien du gouvernement français aux journalistes qui font un travail formidable - ceux de RFI mais beaucoup d’autres aussi - et parfois au péril de leur vie. Il faut le rappeler sans cesse et, à chaque fois qu’un problème de cette nature se passe, nous intervenons. Il ne s’agit pas de le faire de façon spectaculaire, moi mon objectif c’est d’aider cette personne et d’être efficace. (…)./.

Dernière modification : 06/12/2016

Haut de page