La France et le Cameroun engagés pour appuyer le redressement local dans l’Extrême Nord

Le Cameroun et l’Agence Française de Développement (AFD) font équipe avec le Fonds Fiduciaire d’Urgence de l’Union Européenne pour créer 3500 emplois jeunes dans les communes touchées par la guerre contre Boko Haram.

JPEG
Depuis 2015, la France s’engage aux côtés du Cameroun pour permettre aux populations de l’Extrême Nord de reconstruire leur région et de renouer avec l’emploi. Grâce aux fonds du Contrat de désendettement et de développement (C2D) et à l’appui de l’Agence française de développement (AFD), le Programme National de Développement Participatif (PNDP) a déployé des chantiers à haute intensité de main d’œuvre (HIMO) dans onze communes de l’Extrême-Nord.

Allier emploi jeune et redressement économique

Cette approche simple et relativement nouvelle au Cameroun consiste à mobiliser des populations marginalisées – jeunes, femmes – sur des chantiers de première nécessité (forage de puits, tracé de pistes rurales). Un tiers de leur salaire leur est versé sur un compte d’épargne ouvert dans un établissement de micro-finance, ce qui leur permet de reconstituer une partie du capital qu’ils ont perdu durant la crise. En parallèle, une ONG accompagnatrice – CARE International – travaille avec les ouvriers pour les aider à élaborer un projet d’insertion qui transformera leurs économies en une activité plus durable une fois le chantier achevé. Les résultats obtenus à ce jour sont probants : six projets communaux ont déjà été achevés, avec 1 000 jeunes recrutés et 400 projets individuels appuyés. Cette première phase devrait être étendue à cinq autres communes prochainement.

Poursuivre le travail entamé avec l’appui de l’Union Européenne

Pour prolonger cette dynamique, le Cameroun et l’AFD ont obtenu un financement supplémentaire du Fonds Fiduciaire d’Urgence de l’Union Européenne. Cet accord, formalisé par la signature d’une convention de financement délégué de 6,6Md CFA (10M€) le 20 décembre dernier, va permettre d’élargir l’approche HIMO (haute intensité de main d’œuvre) à 20 nouveaux projets communaux. Ces nouveaux chantiers emploieront 3 500 jeunes et contribueront, à leur échelle, à solidifier le redressement de l’Extrême-Nord.

L’Extrême-Nord : un territoire fragilisé par la lutte contre Boko Haram

Autrefois réputée pour la beauté de ses paysages et la richesse de son patrimoine culturel, la région de l’Extrême-Nord est depuis 2014 durement éprouvée par les affrontements avec le groupe terroriste Boko Haram. Initialement circonscrit au Nigéria, le conflit s’est étendu au Cameroun où il a causé la mort directe de plus de 1 500 civils et militaires.

Le conflit n’a pas épargné les populations : plus de 250 000 Nigérians et Camerounais ont été contraints de fuir leur foyer pour se réfugier dans des camps ou des villages épargnés par la guerre. Ces mouvements de masse dans une région sèche déjà frappée par le changement climatique constituent un facteur de stress supplémentaire. Selon la dernière enquête du gouvernement camerounais, trois habitants sur quatre gagnent moins de 1 000 FCFA par jour (1,5€) dans l’Extrême-Nord.

Dernière modification : 23/01/2017

Haut de page