Portrait de Français : François ESPINASSE

JPEGAprès une première partie de sa vie dans la légion étrangère et un BAC professionnel en cuisine, il a côtoyé de grands établissements (Parisien Le RITZ Hôtel, l’hôtel GEORGE 5 et le FOUQUET’S). Il a connu l’Afrique durant des missions quand il était en service au 1er Régiment er Etranger de Cavalerie et le hasard l’a amené en vacances au Cameroun où il est resté. Arrivé à Douala pour ouvrir un restaurant, cette grande aventure a tourné court et il a dû travailler dans une usine où l’on fabriquait du vin et de la sangria, puis dans l’agriculture à Penja dans une structure qui exportait de l’ananas frais. A présent, il vit à Douala où il a fondé une famille. Il a 3 enfants (11 ans, 9 ans et 6 mois).

Ses activités au Cameroun JPEG

En 2011, il prend la direction du restaurant le BOJ à Douala et pendant 5 ans, il y passe de merveilleuses années.

Depuis le mois d’octobre 2015, il a lancé Kamerstreet.com, un site de petites annonces. Il lui a fallu près de 3 ans de préparation pour le mettre en place et il en est très fier car après juste 4 mois et sans trop de communication, le site a près de 6000 visites par mois. Ce site est avant tout destiné aux expatriés qui quittent le Cameroun ou qui veulent changer des articles à bas prix (leur mobilier ou autre). Le site leur offre une interface où ils peuvent vendre leurs produits et en faire bénéficier les Camerounais ou les nouveaux expatriés.

Son regard sur la relation France-Cameroun

Vivre au Cameroun est pour lui une expérience très enrichissante. il y a beaucoup appris grâce à des échanges d’expériences avec les autres.

Il continue de travailler sur d’autres projets qu’il compte implémenter.

JPEGPour ce qui est de son intégration, cela s’est très bien passé, et il considère que sa formation militaire l’a beaucoup aidé à surmonter les mauvais moments.

Son conseil à un(e) français(e) qui voudrait s’installer au Cameroun

Il pense qu’il vaut mieux arriver au Cameroun avec un contrat et ne pas venir pour une aventure, car le séjour peut devenir très difficile. Il en a eu l’expérience au début.

Pour ce qui est des rapports entre français et camerounais, tout dépend du quartier dans lequel le français nouvellement arrivé choisi de vivre ou d’aller à l’école (pour les plus jeunes). Comme partout ailleurs, il y a de l’insécurité dans certaines zones sensibles et il est nécessaire d’être prudent. JPEG

Cela fait plus de 15 ans qu’il est arrivé au Cameroun et il aime ce pays qui lui a donné une seconde chance de pouvoir s’épanouir dans son travail. D’après lui, il y fait bon vivre.

 

Interview réalisée par Kristian Le Perff

Dernière modification : 03/10/2016

Haut de page