Portraits de Français du Cameroun - Christian Pialot, jeune retraité…actif !

Nouvelle rubrique en 2016 : Portraits de Français du Cameroun. Chaque mois sur le site web de l’ambassade, découvrez le portrait d’un compatriote résident au Cameroun. Les opinions exprimées dans cette rubrique sont strictement personnelles.

JPEGChristian a été envoyé par l’Eglise catholique en « mission ouvrière » pour aider à former des aumôniers et des militants de l’action catholique (travail à la base de la doctrine sociale de l’Eglise). Il est venu avec un contrat de trois ans « non renouvelable », et...il arrivera bientôt à 30 ans de Cameroun !

Ses activités au Cameroun

Sachant qu’il aurait une toute petite retraite, Christian a profité du temps libre que lui laissait son travail de bibliothécaire à l’école française pour bâtir des espaces à louer ainsi qu’une garderie pour petits enfants, dont il assure la gestion avec son épouse. A côté de cela, les Pialot donnent beaucoup de leur temps, bénévolement, au suivi de deux petits centres de formation professionnels à vocation sociale (cf. en illustration à droite l’inauguration du centre CASIP – Abang avec Mme l’Ambassadrice). Inauguration du centre CASIP – Abang Avec Madame l'ambassadrice - JPEG Christian épaule le jeune directeur et donne des cours d’enseignement général (français, gestion, insertion pro, législation du travail). Il reste investi dans l’Eglise où il est catéchiste pour un groupe de collégiens ainsi que dans une association de Français de Yaoundé.

Les Pialot vivent simplement insérés dans un quartier populaire de Yaoundé, façon camerounaise et façon cévenole (NdR : les Cévennes sont une chaîne montagneuse au sud-est du Massif central qui constituent l’un des plus beaux parcs naturels de France). Christian fait office de référent de la grande famille de son épouse pour les jeunes enfants ou les séniors et conseille beaucoup de binationaux.

Son regard sur la relation France-Cameroun

Lorsqu’il est arrivé en 1989, c’était l’époque où se développait – dans les discours politiques et dans les conversations d’Eglise – un désir accru d’autonomie.
Il s’est coulé dans la dynamique « d’inculturation » développée par l’Eglise, en s’adaptant le plus possible aux aspirations des Camerounais. Face aux « craintes » qui se répandent ces derniers temps, Christian estime qu’il faut rester réaliste et prudent mais il est optimiste dans les capacités des Camerounais à supporter et dépasser les situations difficiles.

Selon Christian, le réalisme politique et la recherche de développement social prôné notamment par l’Eglise font qu’aujourd’hui les relations entre le Cameroun et la France sont de plus en plus des relations de partenaires et de moins en moins des relations de dépendance. Pour Christian, les Camerounais tout en rêvant d’autres horizons continuent d’aimer la France et les Français se sentent « à l’aise » au milieu des Camerounais.is.

Son conseil à un(e) français (e) qui voudrait s’installer au Cameroun

Christian n’a pas choisi le Cameroun ; il y a été envoyé…. mais il a été très vite intégré !
C’est donc un projet de vie, d’activités (professionnelles, associatives, humanitaires, etc.) qui peut aider à vite trouver ses marques, à condition de venir avec des convictions et de laisser de côté ses certitudes. Pour durer sur cette terre accueillante, il faut y venir avec l’envie d’y bâtir quelque chose de solide, respectueux de la vie camerounaise, rehaussé d’un brin d’utopie créatrice de toutes sortes de nouveautés.
Et si vous avez envie d’aventures, vous en trouverez aussi !

Interview réalisée par Kristian Le Perff

Dernière modification : 03/10/2016

Haut de page